Crayons et bulles en mains, Das vous fera des histoires pas possibles.

Du simple croquis jusqu’à la planche de BD ou d’illustration finalisée, en passant par toutes sortes de dessins crayonnés, encrés, coloriés ou non, c’est tout un monde qui tourne autour de la BD et l’illustration sur ce blog.
C’est aussi des avis, des points de vue sur ce qui se fait sur les autres planètes...

Enfin, c’est l’occasion de publier régulièrement des planches de quelques séries BD originales ou des pages de livres d’illustrations qui aimeraient bien s’afficher sur du papier en plus des écrans...
À bon éditeur, salut !

  • Comic Con sans Diego

    Les Chroniques du IACverse | Answer | Croquis 002

    Qui ne connait pas le justicier masqué Zorro, celui qui surgit hors de la nuit et court vers l’aventure au galop… Bref…
    Ce personnage de roman créé en 1919 par l’écrivain Johnston McCulley, a été adapté pour de nombreux supports comme le cinéma, la télévision (en série tout comme en dessin animé), le théâtre et la bande dessinée…
    Et bien, figurez vous que ce personnage ne m’a jamais intéressé et que je n’en possède donc aucune bande dessinée !

    Ne possédant pas non plus de billet d’avion pour les États-Unis d’Amérique, j’ai décidé de faire mon propre événement sur le thème du Comic book (de la bande dessinée, mais c’est bien de parler anglais, l’internationalisation, tout ça, U know wan’a mean…). Quel rapport ? Aucun… Peut-être…
    Cet événement… Hum, je dirais même, cette Convention (Con, pour aller plus vite) se déroulera chez moi, du 12 au 15 juillet : pourquoi pas ces quatre jours là, hein !
    Après tout, s’il s’agit d’exposer des bandes dessinée et des proder (produits dérivés), je crois que j’ai déjà commencé depuis longtemps et que ça risque de durer plus que quatre jours, mais c’est un détails.

    À l’occasion de cet événement majeur (de chez moi), je serais tout les jours sur mon booth (comprendre, un bout de moquette avec une table, une chaise et un verre d’eau : mon bureau, en résumé) et ce sera l’occasion pour moi de faire des comm’ (des commissions, c’est à dire, des dessins en gros).

    Et voici la première comm’ que je me suis commandé à moi-même à l’occasion de mon Comic Con’ : un dessin de Answer (sur lequel je n’ai pas grand chose à dire, au final, d’où ma tirade qui n’a rien à voir, en fait).

    Pourquoi parlais-je de don Diego de la Vega (aka Zorro), au fait ? Et bien, parce que cette Con(vention) aura lieu sans Comic book de lui, ce sera une Comic Con sans Diego

    PS : si quelqu’un veut m’offrir un aller-retour (hôtel compris) du 18 au 21 juillet 2013 à San Diego, qu’il se manifeste !

    0 phylactère | Publié dans Comics, g33k

  • Envie de dessiner…

    Envie de dessiner…

    Parfois, tu as juste envie de dessiner, d’avancer sur LE projet… Mais comme celui que tu attends n’arrive pas, tu te disperses sur pleins d’autres…

    3 phylactères | Publié dans Tranche de vie

  • Hok-Braz | Illustration 002

    Les Chroniques du IACverse | Hok-Braz | Croquis 002

    Juste une envie de faire un peu de peinture… Alors, c’est Hok-Braz qui s’y colle !

    0 phylactère | Publié dans Comics

  • Le Surfer d'Argent n'est pas en Radd

    Le Surfer D'Argent n'est pas en Radd

    Comme Contrairement à ce que je le disais dans une précédente note sur Serval Wolverine (ou dans celle sur Daredevil), ce n’est pas c’est devenu dans mes habitudes de publier un dessin d’un personnage que je n’ai pas créé…

    Dans ma précédente note, j’écrivais en effet que Daredevil était l’un de mes personnages favori avec le Surfer d’Argent. Et c’est lui qui m’interresse aujourd’hui. Mais pourquoi ?

    Premièrement, parce que je suis chez moi et chez moi, je me… permets de parler et dessiner ce que je veux.
    Deuxièmement, parce qu’au cours d’une balade chez Forbidden Planet, j’ai découvert que la Maison des Idées avait relancé une mini-séries depuis février 2011. L’occasion rêvée de me remettre dans le bain, les aventures de Norrin Radd n’étant plus publiées de façon régulière depuis un bon moment.

    Pour résumé, le personnage créé par Jack Kirby (sur fond de Fantastic Four), étoffé par Stan Lee et poussé dans les crayons de John Buscema est unique dans son genre. Pour sauver son monde (et parce qu’il s’ennuie un peu, il faut le dire), il décide de devenir le hérault de Galactus - sorte de Gargantua à l’échelle cosmique - et de parcourir l’espace sur son surf à la recherche de mondes inhabités pour les brunchs de son nouveau maître.

    Encore un succès de Marvel Comics, bien qu’atypique, le Surfer d’Argent à rapidement le droit à sa propre série (de 18 épisodes seulement) !
    Quelques années plus tard, il remet le couvert avec une autre série régulière mais un peu plus longtemps.
    Mais c’est surtout dans les séries des autres qu’on le croise le plus souvent, dans les cross-over à l’échelle tout aussi cosmique que son Gargantua de maître. Des histoires de Cube, de Gants...

    Qu’est ce qui me plait chez ce personnage ? Je ne saurais pas le dire... Son éternelle prise de tête avec lui même, lui qui a tant de fois fait le tour de l’univers que de toute façon, nous, simple lecteur n’arrivons même pas à saisir une once de sa pensée... Ou peut-être parce qu’il a un surf et qu’il est recouvert d’une matière argenté et que ça, c’est simplement cool !
    Ou peut-être parce que j’aime bien toutes ces histoires cosmiques avec des Cubes et des Gants, avec les plus grands super-héros de la Terre et Adam Warlock, Thanos et tout un tas d’entités représentant des concepts inconcevables !

    Bref, le Surfer d’Argent nous gratifie tout de même de quelques beau moment de bandes dessinées que je m’empresse de lister (j’aime bien faire des listes de comics à recommander, en fait).

    The Silver Surfer : Omnibus qui reprend la première série du Surfer en 18 épisodes. Une pièces rares qu’il est presque impossible à trouver à prix raisonnable mais sans doute, les meilleurs moment du Surfer.
    Auteur : Stan Lee, artistes : John Buscema et Jack Kirby
    Éditeur : Marvel comics
    Hardback : 576 pages
    Langue : anglais
    ISBN : 978-0785127536
    Prix : environ 100$ à sa sortie, plutôt 300$ actuellement (édition très limitée).
    Sortie : 6 juin 2007

    Silver Surfer Parable initialement paru en 1988 mais qui ressort en juin 2012. Une collaboration entre Stan Lee et Moebius. Complètement hors continuité de l’univers Marvel, ça n’est pas moins une belle histoire du Surfer coincé sur notre planète et qui fera tout pour la sauver alors que l’humanité le rejette encore et toujours. Le thème abordé à la fin des année 80 reste d’ailleurs complètement d’actualité.
    Auteur : Stan Lee, artiste : Moebius
    Éditeur : Marvel comics
    Hardback : 168 pages
    Langue : anglais
    ISBN : 978-0785127536
    Prix : 19,19€
    Sortie : 16 mai 2012

    Silver Surfer : Requiem est une autre histoire hors continuité puisqu’il s’agit de la très émouvante fin du Surfer.
    Le concept est simple : Norin Radd découvre que la matière argenté qui recouvre sa peau est en train de se désintégrer et qu’il redevient "humain".
    Même si l’on sait que le Surfer a été entièrement recréé par Galactus et pas simplement recouvert d’une peau d’argent, cette histoire revient aux orgines reprenant le hérault tourmenté des orgines. Et puis l’illustration est vraiment superbe et rien que pour ça, il vous le faut.
    Auteur : J. Michael Straczynski, artiste : Esad Ribic
    Éditeur : Marvel comics
    Hardback : 104 pages
    Langue : anglais
    ISBN : 978-0785127536
    Prix : se trouve à prix abordable en TPB 11,94
    Sortie : 19 novembre 2007

    The Thanos Imperative parce que j’aime bien les histoires cosmiques avec un peu de Surfer et beaucoup de Thanos et tout un tas de gens et d’entité cosmiques et que j’ai lu celle-ci très récemment. Elle fait suite à tout un tas d’évènements tout aussi cosmiques, des histoires d’invasions extra-terrestres, de guerres entre des peuples extra-terrestre issues des confins de l’espace et plus loin encore, de brèches trans-universelles...
    Bref, ce n’est pas évident de plonger dedans car il est sûr que pour tout bien comprendre, il vous faudra trouver toute la saga "Annihilation" composé de quelques tomes.
    Auteur : Dan Abnett, Andy Lanning, artiste : Miguel Angel Sepulveda, Brad Walker
    Éditeur : Marvel comics
    Hardback : 248 pages
    Langue : anglais
    ISBN : 978-0785151838
    Prix : 20,37€
    Sortie : 16 mars 2011

    Bien sûr, si l’on part dans ce sens, il vous faudra aussi l’intégralité de la saga tournant autour de Thanos et des gèmes de l’infini par Jim Starlin et Ron Lim :
    The Silver Surfer : Rebirth of Thanos,
    Infinity Gauntlet,
    The Infinity War,
    The Infinity Crusage vol.1,
    The Infinity Crusage vol.2.
    Soit 1 376 pages de lecture cosmique

    Et je vais m’arrêter là pour aujourd’hui en finissant avec la nouvelle mini-séries paru en février 2011 (dont j’ai acheter les épisodes au fur et à mesure et que l’on retrouver publié en un seul volume depuis septembre) : Silver Surfer : Devolution.
    C’est encore une histoire de Surfer qui perd ses pouvoirs, sauf que cette fois-ci, il ne s’en plaint pas et au contraire, apprécie de retrouver des sentiments humains grâce au fameux (mais non moins rose) Maître de l’Évolution.
    Auteur : Greg Pak, artiste : Stephen Segovia
    Éditeur : Marvel comics
    TPB : 200 pages
    Langue : anglais
    ISBN : 978-0785156659
    Prix : 12,22€
    Sortie : 7 septembre 2011

    Avec ça, vous devriez avoir fait le tour de la question !

    JPEG - 171.4 ko
    Le Surfer D’Argent est un peu Strange !

    Je fais des liens vers les versions HC (hardback ou hard cover : cartonné, en gros) parce que c’est plus sympa dans une bibliothèque, mais on peut les trouver moins chères en TPB (trade paper back : couverture souple) souvent listées sur la même page.
    Idem, je fais des liens vers les VO, mais la plupart existe aussi en VF.

    0 phylactère | Publié dans Comics, Critique

  • STS à 1:35 | page 9

    Subjectives Tergiversations Spatiales à 1:35… | Page 8

    Début | Précédent | Suivant

    Le LDDVDÉ éditions 2011 s’est fini sans vraiment crier gare… Mais ça ne m’empêche pas d’essayer de continuer Subjectives Tergiversations Spatiales à 1:35… !

    Certains m’ont demandé ce qu’Ils faisaient ? Et bien voilà la réponse, enfin peut-être, enfin, je ne sais pas…

    3 phylactères | Publié dans Comics

  • Lddvdé 2011 - jour 9 : STS à 1:35 | page 8

    Subjectives Tergiversations Spatiales à 1:35… | Page 8

    2 phylactères | Publié dans Comics

  • Lddvdé 2011 - jour 8 : STS à 1:35 | page 7

    Subjectives Tergiversations Spatiales à 1:35… | Page 7

    2 phylactères | Publié dans Comics

Page 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |> |...

Je gribouille et je tweete !

  • 5 BD pas pour la plage !

    5 BD pas pour la plage !

    L’été, c’est souvent l’occasion de faire la liste des livres que vous pourriez lire à la plage - ils peuvent se lire ailleurs, aussi, mais je crois que la liste des livres à lire dans le bus cet été, ça laisse un peu moins rêveur…

    Combien de fois a-t-on donc pu apercevoir ces listes de volumes dont on vous recommande la lecture pendant que vous ne savez trop quoi faire, coincé entre autant de badauds sur une étendu de sable, les doigts de pieds en éventail et le corps couvert de sable et de coups de soleil que vous nierez avoir pris toute la journée avant d’admettre deux jours plus tard que le simple port du t-shirt vous fait aussi mal que si quelqu’un vous frappait continuellement des heures durant sur le dos…

    Donc, pour ceux qui comme moi, affectionnent tellement la plage qu’ils pensent que l’éloignement est le meilleur moyen de la préserver…
    Et surtout, ça sent le poisson, c’est plein de sable brûlant qui s’insinue partout, c’est tout autant plein de monde qui te marche dessus, utilise ta tête pour faire des rebonds spéciaux au beach volley ou te gratifie de ce sable si bon pour ta peau mais pas pour leur serviette…
    Bref, pour tout ces gens (et pour les autres), voici la liste des 5 comic books à ne pas emmener à la plage cet été (ou l’été d’après, ou après encore, et après…)

    Lire la suite | 0 commentaire | Publié dans Critique

  • London Comic books shops

    London guided tour of Comic shops

    Il y a quelques temps, j’ai décidé de faire le tour des Comic Shops londonniens et comme je suis altruiste ou que je n’alimente pas souvent ce blog (rayez la mention inutile), j’ai décidé de lister et agrémenter de mes quelques commentaires, les boutiques.
    Attention, si je ne précise rien sur l’origine des bandes dessinées, c’est que je parle de production type "comics US" que l’on trouve en majorité ici.

    Voici donc mon "London guided tour of Comic shops", une liste par ordre alphabétique des boutique de bandes dessinées londoniennes (et en bas, une carte que je vais essayer de garder à jour). La plupart des boutiques sont dans le centre, entre Leicester Square, Covent Garden et Tottenham Courtroad donc aisément accessible si on vient sur Londres dans ce train qui a la fâcheuse tendance à rester sous l’eau plus de vingt minutes (comprendre, sur la Northern Line qui passe par Kings Cross saint-Pancras). Elles sont toutes à 10 minutes de marche les unes des autres, maximum (sauf deux exceptions).

    Lire la suite | 1 commentaire | Publié dans Critique

  • Selection de livres enfants

    Selection de beaux livres pour enfants

    Très concerné par le sujet, en tant qu’illustrateur et père de deux petites filles, il y a à la maison une conséquente collection de livre pour enfants. C’est une forme de littérature qui m’a toujours accompagné et que j’ai plaisir à lire, dessiner ou partager.

    Depuis quelques temps, j’avais donc envie de partager ma (première) petite sélection de livres pour enfants qui se démarquent par leur qualité graphique originale.

    Lire la suite | 0 commentaire | Publié dans Critique

  • Cerebus débarque en VF

    Cerebus the Aardvark © Dave Sim

    Cerebus est un comics "creator-owned" auto-publié par Dave Sim.

    À l’occasion de sa traduction et son édition en France par Vertige Graphic (et de son acquisition par mes soins), voilà un petit retour sur cette série assez méconnue de notre côté de l’Atlantique mais qui vaut le détour (et qui, je l’espère, sera publiée chez nous de bout en bout - 16 bottins - pas comme Savage Dragon abandonné récemment à son sort par Delcourt).

    Commençons par les grandes lignes :
    Pour résumé, entre 1977 et 2004, Dave Sim raconte les aventures de Cerebus, un oryctérope au sacré caractère, sur une période qu’il défini rapidement après avoir réalisé quelques épisodes : il y en aura 300 (épisodes), 6000 pages d’un roman graphique en noir, blanc et gris dont le créateur affirme alors déjà avoir décidé de la fin.

    Tâtonnant et se cherchant un peu sur les premiers épisodes (parodiant Conan le Barbare), Dave Sim va tout au long de l’histoire de Cerebus faire vivre son personnage au gré de ces envies/fanstames/idées/drogues usant tantôt d’humour, de cynisme, de critique aussi bien politique qu’humaniste sur le monde qui l’entoure, le tout sur un ton sarcastique mais à prendre avec du recul.

    Lire la suite | 0 commentaire | Publié dans Critique

  • Kick-Ass, le film qui casse

    Kick Ass © J. Romita jr, T. Palmer, D. White

    Bon, j’avoue, le titre est nul, mais lorsque je me suis retrouvé face à moi même, ce titre m’a semblé évident...
    J’ajouterais également que l’illustration n’est pas de moi pour une fois, mais de John Romita jr (encré par Tim Palmer et mis en couleur par Dean White).
    Enfin, faute de temps pour mettre mes propres créations en ligne, je peux toujours donner mon avis sur celle des autres...

    Bref, passons au contenu (c’est bien d’avoir un titre, mais Kick-Ass est-il un film qui mérite qu’on casse sa tirelire ou au contraire, qui ne cassent pas trois pattes à un canard).

    Revenons d’abord sur le comics qui a inspiré le film : Kick-Ass.
    Ce comics de huit épisodes a été créé par Mark Millar et John Romita Jr en creator-owned (c’est une pratique éditorial aux États-Unis qui consiste pour des créateurs à conserver les droits de leurs créations, ce qui est loin d’être souvent le cas). Bien que publiés par la Maison des idées (Marvel Comics), les créateurs ont pu ainsi conserver le contrôle et la ligne éditoriale de leur comics. C’est sûrement l’une des sources des nombreuses critiques qui ont pu être faites sur ce comics, lors de sa sortie en 2008 et j’expliquerais pourquoi un peu plus bas.

    Lire la suite | 0 commentaire | Publié dans Critique

1 | 2